TIRAGE DU TAROT DE MARSEILLE

 

 

On ne présente plus le tarot de marseille. Il compte 78 cartes, déclinées en 22 lames majeures et 56 arcanes mineurs. Vous pourrez tirer le tarot selon deux méthodes:

 

1. la tendance du jour, pour connaitre la tendance globale de votre journée.

 

2. posez votre question, affective ou financière, et le tirage complet vous éclairera... !

 

N'en abusez pas, ne faites pas 36 tirages ! Rien ne sert de tirer plusieurs fois le tarot pour etendre ce que vous voulez ! Le tirage vous dira ce qui est, non ce que vous désirez...

Tirer la Lame du Jour Tirage Complet du Tarot

 

Le Tarot dit de Marseille désigne un ensemble de cartes à couleurs “latines” avec des allégories médiévales et Renaissance bien reconnaissables sur les atouts. Depuis la fin du XVIIIe siècle, il est associé à la Taromancie (cartomancie utilisant le Tarot). L'appellation Tarot de Marseille ne se rencontre pas avant 1859 sous la plume de Romain Merlin.

 

Elle est utilisée ensuite par Papus qui présente, dans Le Tarot des Bohémiens (1889), au chapitre IX, les diverses formes du tarot : Le Tarot italien, celui de Besançon, celui de Marseille sont les meilleurs sans contredit que nous possédions aujourd'hui, puis elle est popularisée à partir de 1930 par Paul Marteau qui choisit d'intituler un tarot destiné au marché de la cartomancie Ancien Tarot de Marseille.

 

L'expression Tarot de Marseille désigne dans son acception plus restreinte un type graphique de jeux de tarot bien particulier, version francisée d’un modèle italien (sans doute milanais), probablement né à Lyon au XVIe siècle et répandu ensuite dans les zones françaises où étaient produits les Tarots.

 

Le type dit « Tarot belge à couleurs latines » (ou « Rouen-Bruxelles ») a coexisté en France (avant de passer en Belgique) au XVIIIe siècle. (Le « Tarot bruxellois », indiqué par une source allemande de 1772, désigne les tarots à couleurs françaises faits à Bruxelles.) Le Tarot de Marseille n’est pas né à Marseille, où l’on ne fabrique de cartes à jouer que depuis 1630.

 

Le Tarot dit, tout aussi abusivement, de Besançon est une variante du Tarot de Marseille, née probablement à Strasbourg au début du XVIIIe siècle et où deux cartes, vraisemblablement jugées blasphématoires, la Papesse (atout II) et le Pape (atout V), sont remplacées par Junon et Jupiter. Sa production à Besançon tout au long du XIXe siècle (et alors qu’on n’en faisait plus à Strasbourg) lui a valu ce nom, lui aussi connu de Merlin et Papus.